Consommation vrac : l’affaire est dans le sac !

Avant les années 60 et les Trente Glorieuses, la vente en vrac était la norme. L’histoire serait-elle un éternel recommencement ? Depuis deux-trois ans, c’est l’engouement pour les épiceries dont l’éthique bannit le plastique ! Selon le Réseau Vrac, première association interprofessionnelle dédiée, la filière rassemblait plus de 450 professionnels en France en 2017. Une carte des points de vente sur l’Hexagone est consultable sur le site de consocollaborative.

Faire la chasse aux emballages est la meilleure manière de lutter contre le gaspillage. Mais ce n’est pas la seule qualité pointée par les amateurs de cette nouvelle famille de consommateurs : en réinvestissant les centres villes et les communes rurales, ces nouvelles structures redynamisent le tissu local, d’autant qu’elles travaillent généralement en circuit court, avec des producteurs du coin souvent bios. Le client apprécie le contact direct avec son commerçant, le lien social est valorisé.

 

Comment se mettre au vrac ?

 

C’est donc tentant d’y aller… tout doucement mais sûrement. Petit à petit, le conso fera son nid ! Commencez par lister ce qui produit chez vous le plus d’emballages. Par exemple, si vous êtes de gros mangeurs de pâtes et que vous jetez au moins trois ou quatre paquets par semaine, c’est une bonne porte d’entrée. Et le choix dans ces endroits peut mettre votre cœur en émoi : macaronis demi-compètes, torsades aux lentilles corail… Sans oublier les bienheureuses légumineuses et oléagineuses venant se mélanger à toutes ces variétés.

Les gourmands pourront aussi jouer les bons enfants en achetant farine, sucre, pépites de chocolat, poudre d’amandes et de noisettes en quantité désirée à la cuillère. Pompes à huiles, distributeurs de céréales… Bienvenue au bal des ustensiles d’autrefois !

 

Apprenez à recycler vos contenants

 

Avec les fruits et légumes du marché, le pli est déjà pris depuis la mise en application au 1er janvier 2017 de la loi interdisant tout sac plastique à usage unique. Vous avez l’habitude de laisser votre sac de courses dans la voiture : ayez maintenant le réflexe d’y ajouter bocaux en verre et autres sachets en tissu ou papier. Inutile d’en acheter : vous recyclez pots de confiture, de cornichons et autres conserves et les petits sacs en papier encore délivrés. La couture protège aussi de l’usure…

Si certaines chaînes de commerces en vrac fleurissent, tel Day by day, d’autres créent leur identité en faisant le choix de la proximité. La P’tite Roulotte, par exemple, joue la carte zéro déchet mais en version ambulante, sillonnant les routes de Gironde et de Dordogne entre Libourne et Sainte-Foy-la-Grande. Au Comptoir local a choisi de se poser à Saint-André-de-Cubzac mais n’en finit pas d’explorer les potentialités du zéro déchet, entre ateliers pour apprendre à fabriquer ses cosmétiques, apéro tchatches où l’on partage ses astuces et des rayons qui ne cessent de s’étoffer, pour que consommer autrement devienne un jeu d’enfant. Etes-vous prêts à entrer dans la partie ?

 

vrac

Les enseignes de vente en vrac font aussi la part belle aux cosmétiques, à acheter ou à fabriquer soi-même (photos © Au Comptoir local)


ecopartage

Bons plans

Consommation vrac : l’affaire est dans le sac !

Avant les années 60 et les Trente Glorieuses, la vente en vrac...

+