Un jardin en permaculture, c’est nature!

J’ai fait le rêve… d’un monde paisible dans lequel tous les animaux, insectes, êtres humains, plantes et micro-organismes vivraient en harmonie. Ce monde extraordinaire, vous et moi pouvons le créer dans notre jardin grâce à la PERMACULTURE. La révolution est en marche : à l’ère du recyclage et de la consommation écologique, le jardinage se veut sans gaspillage ni usage de produits toxiques.

 

« Le potager du fainéant »

Franck Espagnet, paysagiste dans la région bordelaise, est propriétaire de 6,5 hectares de terres dans les marais blayais qu’il a voulu entièrement convertir à cette nouvelle façon de se nourrir. Si vous avez un potager, vous n’aurez aucun mal à l’imiter. Première mission, basée sur une simple réflexion : ne jamais laisser votre sol nu, toujours utiliser du “mulch” ou paillage. Un geste bête : les restes de tonte de votre pelouse, du bois broyé… déposez au pied de votre jardinet tous vos déchets verts en décomposition ! Creusez et vous sentirez toute l’humidité conservée : si les vers de terre y ont fait leur trou, c’est gagné. Et vous n’aurez qu’une seule devise : plus c’est épais, plus c’est frais ! Ce n’est pas de la magie, c’est du bon sens… qui en plus, sacralise la fainéantise.

 

Même principe au pied des pommiers nouvellement plantés : Franck Espagnet reconnaît n’avoir arrosé qu’une seule fois cet été malgré la sécheresse.

 

Une merveille pour les abeilles

C’est en observant la nature et en la comprenant que le paysagiste a développé tous ses talents. Il a fait d’une grande prairie un vrai coin de paradis où les fleurs sauvages poussent sans nuage, accaparées par les abeilles butinant à merveille. Happé par la bonne odeur des chardons (si si, on vous le garantit !), on croirait avoir le nez dans un pot de miel. De quoi mettre en haleine les amateurs du produit de ces reines…

Dans ce qu’il appelle son « sentier sensoriel », un ruban fleuri de 200 m, habitat rêvé pour les dix ruches posées, plusieurs vieilles variétés se sont réinstallées, telles la vesce, la cardère et beaucoup d’autres cotonneux réputés mellifères.

 

Permaculture = Imiter la nature

« J’ai un peu fait un travail forestier, déclare Franck Espagnet. Quand j’ai nettoyé l’espace, j’ai laissé quelques salicaires : elles ont grainé énormément, fixant les butineuses. » Ici, chaque fleur a un rôle pour permettre aux abeilles de se gorger de nectars. « En plus, la matière végétale va tuer les ronces. » C’est, vous l’aurez compris, tout l’esprit de la permaculture : réapprendre à connaître notre environnement pour mieux le recréer. Et pour cet amoureux de la nature, il y a urgence à s’en rapprocher.

 


ecopartage

Bons plans

Consommation vrac : l’affaire est dans le sac !

Avant les années 60 et les Trente Glorieuses, la vente en vrac...

+