Vos produits d’entretien faits main!

Quand Christine Biroleau a décidé en octobre dernier de se lancer dans la fabrication maison de ses produits d’entretien, c’est avec la lessive qu’elle s’est fait la main. Si la motivation de cette maman de cinq enfants a d’abord été économique, l’écologie a de fait suivi. « Ma prise de conscience date d’il y a au moins cinq ans, mais il m’a fallu du temps pour la mûrir, puis dévorer les livres et les publications Internet » pour faire éclore cette nouvelle passion.

Quand on fait au quotidien trois machines de 9 kilos, le calcul est vite fait : « un bidon de lessive écoulé par semaine revient à environ 8 euros ». Sa potion magique réduit la facture à 1,60 euros.

Bicarbonate de soude et vinaigre blanc : les incontournables

La facilité de l’opération est démontrée en quelques minutes. Si vous aimez cuisiner, enfilez votre tablier, sortez les saladiers, fouets et autres marmites et le tour sera bientôt joué. Les ingrédients à utiliser, vous les retrouverez dans la plupart des recettes liées à l’hygiène et la propreté : ils seront vos nouveaux amis, votre base de travail. Le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc (« au moins à 10° sinon il n’est pas efficace ») sont réputés pour faire bon ménage dans le nettoyage.

On commence par faire chauffer deux litres d’eau dans une grande gamelle. Dès qu’elle bout, on y incorpore 100 grammes de savon de Marseille en copeaux. Pas besoin d’aller le chercher très loin, il se trouve en grande surface au rayon lessive : veillez à ce qu’il soit fabriqué dans la cité phocéenne et « extra-pur », contenant 72 % d’huile et très peu de glycérine. Attendre qu’il soit complètement dissout pour ajouter 60 g de notre fameux bicarbonate, puis autant de cristaux de soude, aux vertus décapantes, utiles quand les enfants se salissent facilement ! Il ne manque plus que les 15 cl de vinaigre blanc, qui joue là le rôle d’adoucissant. Pas de panique si la préparation se met à mousser, « c’est à cause de l’eau calcaire » ! L’astuce de Christine : « réutiliser l’eau du sèche linge ».

Telle une pâte à gâteau, votre concoction a besoin de repos : cinq heures minimum, une nuit pour être tranquille. C’est à ce moment là que vous la parfumerez à votre goût, en versant 30 gouttes d’huile essentielle de lavande ou d’orange, et pour lui donner la consistance liquide recherchée, un peu d’huile de coude ou un mixeur limitera l’effort. A verser dans un bidon recyclé et le lavage du linge peut commencer, selon le même dosage que d’habitude : un petit verre dans la machine.

Un jeu d’enfant, qui peut s’avérer très amusant avec vos apprentis chefs. Et quand on a testé et apprécié, on ne peut qu’en redemander ! Pour la vaisselle, même punition : bicarbonate de soude, cristaux de soude et acide citrique à quantités égales (60 grammes), auxquels on ajoutera deux cuillérées de savon noir, pour lier. Le mélange mérite toutefois d’être passé au mortier pour devenir uniforme. On verse dans un bac à glaçons ou de simples moules à muffins qu’on ne remplit pas, on tasse un peu et on laisse sécher… C’est prêt ! A déposer au fond du lave-vaisselle pour un fonctionnement optimal.

Gain financier et geste pour la planète

Pour ces deux recettes, la plupart des ingrédients se trouvent au supermarché à des prix très corrects. Vous trouverez les huiles essentielles, pures et bio, sur des sites Internet spécialisés tels que Aroma zone. Le gain financier est garanti, et le geste pour la planète aussi ! Dans le même esprit, vous pourrez réaliser vos galets pour assainir les toilettes. Et le virus ne vous lâchera plus : dentifrice à l’argile verte, déodorant à l’huile de coco… Dans sa cuisine transformée en laboratoire, Christine l’alchimiste n’a plus de limites et teste toutes les recettes. Son rêve ? « Editer un livret des vrais trucs qui fonctionnent » car la théorie est souvent trop éloignée de la pratique et c’est l’expérience qui fait la différence. A l’entendre, tout a l’air tellement simple qu’on ne demande qu’à apprendre.

 


ecopartage

Bons plans

Consommation vrac : l’affaire est dans le sac !

Avant les années 60 et les Trente Glorieuses, la vente en vrac...

+